Politique

Centrafrique : création d’un comité chargé de rédiger un projet de Constitution

Un comité chargé de rédiger un projet de Constitution a été créé en Centrafrique, selon un décret signé vendredi 26 août par Faustin-Archange Touadéra.

Par
Mis à jour le 27 août 2022 à 12:22

La président centrafricain Faustin-Archange Touadéra donne un discours, au siège du parti MCU, à Bangui, en République centrafricaine, le 18 janvier 2021, après l’annonce des résultats des élections. © Adrienne Surprenant.

« Il est crée un comité de rédaction du projet de la Constitution de la république Centrafricaine », qui sera chargé de « remettre au président de la République (…) un projet de Constitution », a précisé le décret, signé par le chef de l’État et son Premier ministre, Félix Moloua.

À Lire Centrafrique : qui peut encore empêcher un nouveau mandat de Faustin-Archange Touadéra ?

Depuis plusieurs mois, les autorités ont organisé des manifestations en faveur d’une modification de la loi fondamentale, qui interdit actuellement au chef de l’État de briguer un troisième mandat. Faustin-Archange Touadéra, élu en 2016, a été réélu en 2020, au terme d’un scrutin contesté par l’opposition.

« Fuite en avant »

« De plus en plus de voix s’élèvent pour exiger une modification de la Constitution », avait affirmé en août le président centrafricain. « C’est une fuite en avant, et l’objectif est de se maintenir au pouvoir », a déclaré à l’AFP Martin Ziguélé, ancien Premier ministre aujourd’hui député de l’opposition. Ce dernier a appelé, avec une vingtaine de partis de l’opposition, à une manifestation ce samedi 27 août contre une modification de la Constitution.

À Lire Centrafrique : « Faustin-Archange Touadéra régnait déjà sans partage, il veut maintenant régner sans limite » 

Le Mouvement coeurs unis (MCU) du président avait déjà tenté en mars, lors d’un « dialogue républicain » excluant la rébellion et boycotté par l’essentiel de l’opposition, d’introduire un amendement faisant sauter le verrou du plafond de deux mandats et permettant ainsi au président d’en briguer un troisième en 2025.

Avec AFP