Sécurité

Les deux refus du Rwanda au sommet de l’UA

| Par
Paul Kagamé ne se rendra pas au sommet sur la sécurité africaine que propose Hollande.

Paul Kagamé ne se rendra pas au sommet sur la sécurité africaine que propose Hollande. © AFP

Pour le Rwanda de Paul Kagamé il n’est pas question de négocier avec les FDLR ni de participer à un sommet sur la sécurité africaine… en France.

Double no de Kigali en marge du dernier sommet de l’Union africaine, à Addis-Abeba. Le premier concerne la suggestion du président tanzanien Jakaya Kikwete de négocier avec les rebelles hutus des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), qualifiés de « terroristes » par le Rwanda. Ibuka, l’influente organisation de survivants du génocide, n’hésite pas à parler d’« insulte » et somme Kikwete de se rétracter sous peine de « saboter » par avance l’action de la force d’intervention rapide en cours d’installation dans l’est de la RDC – laquelle force est dirigée par un général… tanzanien. Entre le Rwanda et son voisin de l’Est, soupçonné depuis toujours de sympathie pour l’opposition, les relations sont désormais glaciales.

Autre refus : celui qui a répondu à la proposition de François Hollande d’organiser un sommet sur la sécurité en Afrique, le 7 décembre, à Paris. Commentaire d’un proche collaborateur de Paul Kagamé : « Ceux qui estiment avoir encore besoin de la protection de l’ancien maître colonial se rendront à cette convocation. Ce n’est pas notre cas. »

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte