Politique

Sabrina Agresti-Roubache : « L’approche directe d’Emmanuel Macron est la bonne sur la question mémorielle »

La députée LREM, qui accompagne Emmanuel Macron dans sa visite officielle à Alger, revient sur les moments essentiels de ce déplacement très attendu, et livre son analyse des principaux sujets au cœur de la relation franco-algérienne.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 26 août 2022 à 18:07

Sabrina Agresti-Roubache, à Paris le 21 juin 2022. © Julien De Rosa/AFP

À Alger, où il est arrivé le jeudi 25 août et qu’il doit quitter ce samedi 27 août au terme d’une « visite officielle et d’amitié », Emmanuel Macron a multiplié les déclarations. Sur la question mémorielle, sur le dossier des visas, ou encore sur le front de la coopération économique. C’est la seconde fois que le chef de l’État français se rend en Algérie depuis le début de son premier mandat, en 2017. Et ce voyage se déroule dans un contexte tendu entre les deux pays.

Il a pour objectif de mettre un terme à la période de crise diplomatique quasi ouverte qui a fait rage entre Paris et Alger, notamment après les déclarations du président français qui, en septembre 2021, avait accusé le « système politico-militaire » d’instrumentaliser une « rente mémorielle ». La colère d’Alger avait été immédiate et le mois suivant, Alger avait rappelé son ambassadeur à Paris. L’année 2022 a été marquée