Finance
 © Jeune Afrique

Cet article est issu du dossier

Classement exclusif : les 300 champions de la finance

Voir tout le sommaire
Économie

Bitcoin : VALR, la plateforme de cryptomonnaie au message spirituel

Imprégnée des valeurs du bahā’isme, religion monothéiste née au XIXe siècle proclamant l’unité de l’humanité, la start-up sud-africaine valorisée à 240 millions de dollars assume vouloir s’émanciper des frontières imposées par le concept d’État-nation.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 septembre 2022 à 10:02

Panneau d’affichage de VALR à l’aéroport international du Cap, en Afrique du Sud. La vision de la start-up prône un système financier fondé sur l’unité, la liberté et la justice, fidèle aux préceptes du bahā’isme, religion abrahamique monothéiste née au XIXe siècle dont les adeptes seraient quelque 7 millions à travers le monde. © TERTIUS GOUS/VALR

Israël, année 1999. Dans l’un des somptueux jardins qui ornent le centre mondial Baha’i, situé au cœur de la ville millénaire de Haïfa, Farzam Ehsani, étudiant américain né au Kenya de parents iraniens, est penché au-dessus d’une rangée de rosiers à tailler. Arrivé quelques semaines plus tôt de Los Angeles, ce jeune économiste, adepte du bahā’isme, culte issu de l’islam chiite qui prône l’unicité du genre humain et considère que toutes les religions ont une base commune, est venu pour une retraite spirituelle d’un an.

Isolé, méditatif, le jeune homme est à mille lieues d’imaginer que, vingt ans plus tard, après avoir travaillé pour de grands cabinets de conseil comme Deloitte ou McKinsey, il mettra à contribution ses préceptes religieux dans une aventure entrepreneuriale qui fera de sa start-up l’une des plus courues du continent africain.

À Lire Cryptomonnaies : de l’arnaqueur à l’influenceur, enquête sur les acteurs de la blockchain africaine

Un tour de table à 50 millions de dollars