BTP & Infrastructures

Sénégal : Vicat vent debout contre Dangote

| Par Jeune Afrique
Sococim a été racheté par le groupe français Vicat en 1999.

Sococim a été racheté par le groupe français Vicat en 1999. © Vicat

Le cimentier Vicat accuse l’État sénégalais d’avoir favorisé le groupe du nigérian Aliko Dangote, au détriment de sa filiale locale Sococim. Le groupe français a déposé une demande d’arbitrage à la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) à Abidjan.

Le cimentier français Vicat est mobilisé contre l’implantation de son concurrent Dangote Cement au Sénégal. Par l’intermédiaire du cabinet d’avocats français Jeantet, il a déposé le 6 novembre une demande d’arbitrage auprès de la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) à Abidjan pour résoudre son conflit avec l’État sénégalais.

Distorsion de concurrence

Vicat accuse le Sénégal d’avoir favorisé Dangote et nui aux intérêts de sa filiale locale Sococim, sans respecter les réglementations minière, foncière et environnementale. Le groupe français, présent au Sénégal depuis le rachat de Sococim en 1999, espère donc obtenir un dédommagement pour le favoritisme dont il soupçonne Dangote Cement d’avoir bénéficié.

Lire aussi : 

Côte d’Ivoire : vent de fronde contre Dangote Cement
Sénégal : Aliko Dangote soulagé par une décision de justice
Sénégal : des cimentiers à couteaux tirés

L’arrivée du concurrent nigérian pourrait bien bouleverser l’industrie du ciment au Sénégal. En effet, Sococim et les Ciments du Sahel, les deux cimentiers historiques du pays, produisent déjà plus de six millions de tonnes de ciment, soit deux fois plus que les besoins du marché sénégalais, estimés à environ trois millions de tonnes.

De plus, l’implantation de Dangote Cement intervient dans un contexte légèrement défavorable pour Vicat en Afrique de l’Ouest.

Ainsi, sur les trois premiers trimestres de l’année 2013, les ventes réalisées dans la région par le groupe français, présent également au Mali et en Mauritanie, ont chuté de 3,9%. Sur la zone Moyen-Orient (Egypte) et Afrique de l’Ouest, les ventes du groupe sur cette période ont atteint 245 millions d’euros, contre 278 millions en 2012.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte