Société

Étudiants algériens en France : rentrer ou rester ?

La question des visas sera au menu des discussions lors du voyage officiel du président Emmanuel Macron à Alger, du 25 au 27 août. Parmi les demandeurs, les étudiants sont chaque année très nombreux. JA est allé à la rencontre de ces expatriés d’un genre particulier.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 25 août 2022 à 10:13

Université Sorbonne-Paris-Nord. © Université Sorbonne Paris Nord

« Je compte d’abord terminer mes études, acquérir un peu d’expérience dans mon domaine avant de me décider si je dois rester en France ou rentrer définitivement en Algérie », dit Yanis, 21 ans. Arrivé en France en 2020, cet étudiant qui travaille à temps partiel dans un hôtel appartenant à l’un de ses compatriotes vient tout juste d’obtenir sa licence en informatique, mais il compte bien poursuivre ses études en Master « Méthodes informatiques en gestion d’entreprise ».

Les visas d’études sont plus accessibles

Outre la qualité de l’enseignement dans les universités françaises, ce qui a décidé le jeune homme à traverser la Méditerranée, c’est surtout la facilité d’obtenir un visa d’études, beaucoup plus accessible que le visa touristique. « Il suffit de présenter un bon dossier à l’ambassade », dit Yanis, qui avoue aimer la France, ce « pays où l’on vit à 1 000 à l’heure et qui offre