Politique

Caric : force africaine cherche volontaires…

La Caric doit pallier les retards dans la mise sur pied de la FAA, en tant que force africaine de stabilisation sur le continent. Mais pour l’instant seuls six pays sont volontaires.

Mis à jour le 20 juin 2013 à 16:36

Des soldats de l’Union africaine en Somalie. © Ony Karumba/AFP

L’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigeria, l’Angola, l’Éthiopie et l’Ouganda se sont portés volontaires (tandis que l’Algérie manifestait son intérêt) pour participer à la future Capacité africaine de réponse immédiate aux crises (Caric), la force militaire intérimaire qui sera mise en place en attendant la création, sans doute pas avant 2015, de la Force africaine en attente (FAA). « L’idée est de mutualiser les contributions des principales puissances militaires du continent », explique un haut responsable de l’Union africaine. Les experts militaires étudient actuellement avec les États membres la définition de cette force, ainsi que la répartition des responsabilités en son sein. De son côté, le général Sékouba Konaté, haut représentant de l’UA pour l’opérationnalisation de la FAA, continue sa prospection. Après le Kenya (le 7 juin), il prévoit de se rendre au mois de juillet en Angola, au Tchad, en Ouganda et au Congo-Brazzaville. L’objectif est d’entériner la création de la Caric lors du prochain sommet panafricain, début 2014.