Politique

Burkina Faso : une « centaine » de terroristes « neutralisés » en un mois

Le pays, dirigé par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba depuis janvier, fait face à une recrudescence d’attaques jihadistes ces derniers mois. Dans la région, la situation sécuritaire s’est aggravée et se propage aux pays voisins.

Par
Mis à jour le 22 août 2022 à 09:39

Une unité de l’armée burkinabè lors de l’attaque de l’état-major, à Ouagadougou, le 2 mars 2018. (Photo d’illustration) © Ludivine Laniepce/AP/SIPA.

L’armée du Burkina Faso a affirmé le 19 août avoir tué une centaine de « terroristes » lors de diverses opérations menées du 15 juillet au 15 août dans plusieurs régions du pays.

Une opération menée le 8 août contre des jihadistes présumés qui avaient tenté d’attaquer le détachement militaire de Kelbo dans la région du Nord, a d’abord permis de « neutraliser au moins 50 terroristes », selon un communiqué de l’état-major des armées. Une contre-offensive le même jour, soutenue par l’aviation, a ensuite permis de « neutraliser au moins 34 terroristes et de récupérer leur logistique « , précise le texte.

À Lire Burkina Faso : l’armée gonfle ses rangs pour contrer la menace terroriste

Soutien français

Quatre soldats et neuf supplétifs civils de l’armée ont également trouvé la mort lors de cette opération, selon l’armée qui précise que « la prompte contribution du partenaire français a permis l’évacuation diligente des blessés vers les centres de santé ».

À Lire Burkina Faso : huées anti-françaises et messie russe

Des « opérations de ciblage » conduites dans d’autres régions, dont celles du Nord, de l’Est, du Centre-est, du Sahel et du Centre-Ouest, ont permis de « neutraliser » une trentaine de « terroristes » et de détruire des bases logistiques, ajoute le communiqué.

Des ravitaillements pour contrer les blocus jihadistes

L’armée a également affirmé avoir assuré des escortes de commerçants pour approvisionner en marchandises plusieurs localités, dont certaines soumises à un blocus de groupes jihadistes.

À Lire Terrorisme : comment Jafar Dicko, chef d’Ansarul Islam, s’est imposé au Burkina Faso 

À la fin de juillet, 130 camions de ravitaillements ont ainsi été convoyés jusqu’à Djibo, chef-lieu de la province du Soum, l’une des plus touchées par les violences jihadistes, selon l’état-major. « Grâce aux efforts des armées de l’air du Burkina Faso et du Niger, plusieurs tonnes de vivres et denrées diverses » ont été convoyées au profit d’autres localités, dont celle de Sebba, où des habitants avaient déclaré être menacés de famine, indique-t-il.

Soutien de l’UA

Le Burkina Faso, où des militaires menés par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, actuel président de la transition, ont pris le pouvoir en janvier en promettant de faire de la lutte anti-jihadiste leur priorité, est confronté comme plusieurs pays voisins, dont le Mali, à la violence de mouvements armés jihadistes affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique (Daech), qui y ont fait depuis 2015 des milliers de morts et quelque deux millions de déplacés.

À Lire Jihadisme au Sahel : l’inexorable descente vers le Golfe de Guinée

Plus de 40 % du territoire y est hors du contrôle de l’État, selon des chiffres officiels, et les attaques se sont multipliées depuis le début de l’année. « Nous demandons le soutien de la communauté internationale au Burkina Faso pour faire face à tous les défis » sécuritaires, a déclaré le 19 août le commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Bankole Adeoye, à l’issue de sa rencontre avec Damiba.

Arrivé le 17 août à Ouagadougou, Bankole Adeoye dirige une délégation de l’UA venue évaluer la conduite de la transition et la situation sécuritaire et humanitaire. Il a souligné « la nécessité d’assurer une bonne transition, crédible, transparente et juste ». « Quand nous aurons constaté des étapes claires vers une amélioration, une restauration et une pacification, l’UA élargira et accroîtra son soutien pour permettre au Burkina Faso de réaliser la stabilité et la sécurité », a-t-il affirmé.

La durée de la transition avant le retour à l’ordre constitutionnel a été fixée à deux ans. Durant son séjour qui s’achève ce 20 août, la délégation a échangé avec le Premier ministre Albert Ouédraogo et doit aussi rencontrer des acteurs de la société civile, des leaders religieux et coutumiers, ainsi que des ambassadeurs accrédités au Burkina Faso.

Retrait de Barkhane au Mali, Dubois toujours otage

Dans le Mali voisin, en proie lui aussi à une résurgence d’attaques terroristes, le dernier soldat français a quitté le pays le 15 août, après neuf ans d’engagement contre les jihadistes. La junte au pouvoir à Bamako depuis le putsch d’août 2020 s’est détournée de la France et de ses alliés pour s’allier avec la Russie.

À Lire Le Mali saisit l’ONU et accuse la France de fournir renseignements et armes aux terroristes

Devant la presse, le porte-parole adjoint des Affaires étrangères, François Delmas, a assuré le 19 août que « le retrait de l’opération Barkhane du Mali ne diminue en rien la mobilisation de la France pour faire libérer Olivier Dubois » « Tous les efforts sont déployés pour obtenir la libération de notre compatriote », a-t-il déclaré, à l’approche du 500e jour de captivité d’Olivier Dubois, le 21 août.

À Lire Mali : Olivier Dubois, 15 mois de trop aux mains des jihadistes

Le journaliste indépendant, qui vit et travaille au Mali depuis 2015, a lui-même annoncé son enlèvement dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 5 mai 2021. Il y expliquait avoir été kidnappé le 8 avril à Gao, dans le nord du Mali, par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda. Il est le seul otage français recensé dans le monde.

Avec AFP