Politique

Algérie : plainte déposée à l’ONU contre l’Espagne après le rapatriement de Benhalima

Madrid avait accepté d’extrader l’ex-caporal de l’armée algérienne et sympathisant du Hirak en mars.

Par
Mis à jour le 18 août 2022 à 18:31

L’ex-caporal de l’armée algérienne, Mohamed Benhalima. © DR

Les avocats espagnols de l’ancien militaire algérien Mohamed Benhalima ont déposé plainte contre l’Espagne devant l’ONU après le rapatriement en mars de cet ex-caporal, en dépit des risques de torture que celui-ci encourait dans son pays.

La plainte, dont l’AFP a obtenu une copie jeudi 18 août, a été déposée au début du mois par l’avocat Eduardo Gómez Cuadrado devant le Comité contre la torture de l’ONU. « Le gouvernement espagnol a manœuvré en secret pour obtenir le rapatriement de Benhalima malgré les risques de torture qu’il pouvait courir en revenant en Algérie », peut-on lire dans la plainte.

La loi espagnole « interdit l’extradition d’une personne si elle court le risque d’être torturée ou maltraitée, mais aussi en cas de menace d’exécution d’une peine de mort », poursuit le texte.

À Lire Algérie : quand l’APS mêle Jeune Afrique à d’obscurs complots

Le Comité contre la torture, fondé en 2000, milite pour contraindre les autorités à enquêter sur les mauvais traitements infligés par les forces de sécurité et à prendre des mesures pour y mettre fin. Formé par un groupe d’experts indépendants qui s’assure du respect de la Convention contre la torture, le comité édite des rapports qui ne sont pas contraignants.

Tensions diplomatiques

« Ce que nous demandons, c’est que l’Espagne ouvre une enquête sur le type d’intérêt que [Madrid] pouvait avoir pour expulser Benhalima de façon aussi grossière », a déclaré Alejandro Gamez, un autre avocat de l’ancien militaire. Par ailleurs, a poursuivi le conseil, l’Espagne a bafoué le principe de non-discrimination en mélangeant « délibérément les termes arabes, musulman, radical, islamiste et terroriste pour donner l’impression » que Benhalima était « dangereux » et encourager son expulsion.

Le gouvernement espagnol a extradé en mars Benhalima, ex-caporal de 32 ans qui avait fui l’Algérie en septembre 2019 après avoir pris part au Hirak, le mouvement de contestation anti-régime qui avait notamment poussé à la démission l’ancien président Abdelaziz Bouteflika. Arrivé en Espagne, il y avait demandé l’asile et avait été condamné par contumace en mars 2021 en Algérie à 10 ans de prison pour rébellion. Il se trouve derrière les barreaux depuis son retour en Algérie.

À Lire Algérie-Espagne : comment le Sahara a fait exploser leur partenariat

Cette expulsion a eu lieu dans un contexte de tensions diplomatiques entre l’Espagne et l’Algérie depuis que Madrid a soutenu, pour la première fois publiquement en mars, la proposition marocaine d’autonomie du Sahara occidental, à laquelle s’oppose Alger, qui soutient les indépendantistes sahraouis du Front Polisario.

Avec AFP