Politique

Mali : au moins 42 morts au sein de l’armée à la suite des attaques de Tessit

Le bilan s’alourdit à la suite des attaques perpétrées le 7 août dans le camp militaire et la commune de Tessit, dans le nord-est du pays. L’armée malienne incrimine l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) et « une expertise extérieure ».

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 août 2022 à 13:31

Soldat des Fama, à Ndaki, le 29 juillet 2019. © REUTERS/Benoît Tessier – RC1A6ED2E8C0

Les attaques coordonnées qui ont visé les Forces armées maliennes (Fama) ce 7 août à Tessit, dans le nord-est du pays, auraient fait au moins quarante-deux morts parmi les soldats selon un document émanant du commandant Koly Sissoko, qui circule sur les réseaux sociaux. Au moins quatre civils auraient également perdu la vie, indique la Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa). Certains d’entre eux sont des élus locaux, rapportent certaines sources sécuritaires.

À Lire Mali : que s’est-il passé dans le cercle d’Ansongo ?

Aux alentours de quinze heures, ce jour-là, plusieurs individus (dont le nombre n’a pu être déterminé, a confié la Dirpa à Jeune Afrique) ont lancé deux attaques simultanées contre le camp militaire des Fama ainsi que dans les rues de Tessit, une localité du cercle d’Ansongo, située dans la zone dite « des trois frontières », entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Au-delà du bilan humain, l’opération a causé d’ « importantes pertes matérielles », dont plusieurs véhicules, détruits ou endommagés, écrit la Dirpa.

Appui extérieur ?