Politique

UA : une agence humanitaire africaine, une chance pour les femmes et les jeunes

Annoncée en mai à Malabo, la création d’une agence et d’un fonds africains consacrés à l’action humanitaire avance timidement. Il y a pourtant urgence, compte tenu de l’ampleur des crises sanitaire, climatique, alimentaire et sécuritaire.

Mis à jour le 13 août 2022 à 08:05
Mabingué Ngom

Par Mabingué Ngom

Conseiller spécial du directeur exécutif de l’UNFPA et Directeur du bureau de représentation de l’UNFPA auprès de l’Union africaine et de la Commission économique des Nations unies en Afrique.

Campagne de réparation gratuite de la fistule obstétricale à Buta, dans le Bas-Uele, en RDC. © UNFPARDC

Dans une situation de crise humanitaire, une femme sur cinq est susceptible d’être enceinte. Sans accès à des services de santé reproductive, les 15-49 ans encourent un risque accru de complications potentiellement fatales. Elles sont nombreuses, aussi, à perdre accès à la planification familiale, ce qui les expose au risque de grossesse non désirée, dans des conditions périlleuses.

Les jeunes, eux aussi en première ligne dans ces crises en raison de leur poids démographique en Afrique, sont en situation de grande vulnérabilité lorsqu’ils sont traumatisés par la violence et déscolarisés depuis longtemps. Pis, ils sont exposés au risque d’être instrumentalisés par des groupes armés.

En Afrique, 75% de l’activité humanitaire mondiale

Autant de raisons, pour le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), de soutenir la nouvelle Agence humanitaire de l’Union africaine (AHUA), qui permettra à l’Afrique de prendre en charge ses propres crises. Cette initiative, qui s’inscrit dans la droite ligne de l’Agenda 2063 de l’UA et des Objectifs de développement durable (ODD), vise à combler une lacune abyssale, en s’appuyant sur des instances nationales, sous-régionales et sur des partenaires étrangers.

L’AHUA vise à améliorer l’efficacité et la coordination de la réponse aux crises humanitaires dans des domaines où les efforts restent insuffisants, comme les services en faveur des jeunes et des femmes. L’aide délivrée sur le terrain reste en effet loin des attentes et largement en-deçà des besoins, malgré les promesses et déclarations de toutes parts.

À Lire [Enquête] Union africaine : entre blocages politiques et manque de moyens

L’AHUA, qui sera bientôt active, commence à lever des fonds : 140 millions de dollars d’engagements ont été entérinés lors du Sommet humanitaire et de la Conférence des donateurs, organisés par l’UA et la Guinée équatoriale à la fin de mai à Malabo. Un bon début, qui ne représente cependant que 1% des 14 milliards de dollars que l’on estime nécessaires à la réalisation de ce mandat stratégique.

L’Afrique, où s’exerce 75 % de l’activité humanitaire globale, abrite 26 % des réfugiés du monde entier, et 114 millions de personnes y ont besoin d’une assistance, selon les Nations unies. Le continent est par ailleurs le théâtre de quinze des trente-deux conflits armés recensés dans le monde. Autant de crises qui sapent ses chances de tirer le profit tant attendu de son dividende démographique, et ce au moment où la baisse des taux de natalité et de mortalité est porteuse de croissance économique, si les bons investissements sont faits dans la santé et l’éducation.

« Kits de dignité »

Les crises humanitaires touchent quinze pays africains de manière récurrente, en raison du terrorisme, des conflits et du changement climatique, dont les effets se multiplient, allant des inondations aux épisodes de sécheresse sévère.

Le contexte est par ailleurs marqué par les répercussions de la situation en Ukraine sur la sécurité alimentaire. En 2021, avant cette guerre, pas moins de 58 millions de personnes étaient déjà en situation d’insécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, selon l’UA. Ce chiffre, en hausse de 30 % par rapport à 2020, n’inclut pas les 3 millions de personnes déplacées et réfugiées dans le bassin du lac Tchad.

La RDC, le Soudan et le Nigeria sont les pays d’Afrique qui, en 2021, ont eu le plus recours à l’aide d’urgence de la FNUAP – avec notamment la distribution de «  kits de dignité », qui contiennent des produits hygiéniques féminins et des kits d’accouchement.

Les interventions sont adaptées aux circonstances de chaque crise. Des salles d’accouchement provisoires sont installées dans des bâtiments endommagés, des cliniques de santé mobiles dépêchées sur le terrain et des motos mises à la disposition des sages-femmes.

À Lire Céréales : l’Union africaine « se félicite » de l’accord entre la Russie et l’Ukraine

Fort de son expérience et de son savoir-faire, qui s’appuie sur de très nombreux partenariats, le FNUAP fait de la lutte contre la violence fondée sur le genre dans les contextes humanitaires une priorité. Son approche repose sur la prévention et la réponse à ces violences, par l’équipement des centres de santé et la formation de leurs personnels.

Une mortalité maternelle inacceptable

Même dans des conditions normales, les problèmes de santé reproductive sont une cause majeure de décès et de maladie parmi les femmes en âge de procréer, certains pays affichant des taux de mortalité maternelle d’autant plus inacceptables qu’ils sont évitables. En situation de crise humanitaire, il est encore plus difficile pour les femmes de prendre soin d’elles-mêmes. Elles veillent sur leurs familles et leurs voisins, au risque de négliger leurs propres besoins.

Main dans la main, avec l’AHUA, les gouvernements, les bonnes volontés émanant du secteur privé et la famille des agences de l’ONU, le FNUAP entend mettre au service du continent un vaste éventail de services, dont un suivi psychologique et des traitements en cas de viol, une assistance juridique, une aide à la subsistance ou un soutien apporté par le biais de ses programmes de santé sexuelle et reproductive.

À Lire Covid-19 : les femmes et les enfants, victimes collatérales de la pandémie

Depuis de nombreuses années, le FNUAP envoie, aux hommes et aux jeunes garçons, des messages de prévention en matière de violence et des communications sur l’égalité des sexes. Nous travaillons en collaboration étroite avec les réseaux confessionnels et les leaders culturels, ainsi qu’avec les réseaux de femmes et de jeunes eux-mêmes, sans lesquels il est difficile de répondre efficacement aux crises, comme on l’a vu par exemple lors de la pandémie d’Ebola en Guinée. Afin de ne » laisser personne en chemin », la devise des ODD et des Nations unies, la naissance d’une agence humanitaire africaine représente à nos yeux un grand pas en avant, dans la bonne direction.