Politique

RDC : Jean-Marc Kabund, l’ex-allié de Tshisekedi, placé en détention

À nouveau auditionné le 9 août par le parquet général près la Cour de cassation pour des propos jugés diffamatoires à l’encontre du chef de l’État, l’ancien président intérimaire de l’UDPS a été placé sous mandat de dépôt.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 9 août 2022 à 16:49

L’ancien premier vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund, est passé du statut de néo-opposant à celui de député poursuivi pour outrage au chef de l’État. © Instagram Jean-Marc Kabund

Entendu pour la deuxième fois en moins de deux semaines par la justice, Jean-Marc Kabund n’a, cette fois-ci, pas quitté le parquet général près la Cour de cassation en homme libre. Poursuivi pour « injures publiques, imputations dommageables et d’offenses au chef de l’État », Jean-Marc Kabund a été placé sous mandat d’arrêt provisoire. L’information nous a été confirmée par ses avocats ainsi que par la police congolaise. Selon nos sources, l’opposant doit être conduit à la prison de Makala.

À Lire RDC : face à Tshisekedi, les rêves de revanche de Jean-Marc Kabund

L’ancien patron de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, au pouvoir), est dans le viseur de la justice congolaise depuis le discours de lancement de son parti, l’Alliance pour le changement, dans lequel il s’en était violemment pris à Félix Tshisekedi. Il avait à cette occasion accusé le président d’être « un danger public au sommet de l’État ». Il avait également dénoncé ce qu’il qualifie « d’incompétence notoire » et de « mégestion institutionnalisée ».

Immunité levée