Politique

Maroc : y a-t-il plus Fassi qu’un El Fassi ?

« Pouvoir, business, religion… Bienvenue chez les Fassis ! » (1/3). Du fondateur de Kairouan au ministre des Transports Nizar Baraka, la famille El Fassi symbolise la proximité avec le pouvoir tant elle aura accompagné les souverains à travers l’histoire du royaume.

Réservé aux abonnés
Par - à Casablanca
Mis à jour le 9 août 2022 à 17:58

De g. à dr., Nizar Baraka, Allal El Fassi et Taïeb Fassi-Fihri. © Montage JA ; Naoufal Sbaoui pour JA ; Getty Images, Joelle Vassort/MaxPPP

« El Fassi, dégage ! » scandaient les manifestants, le 20 février 2011. Dans leur viseur, le Premier ministre d’alors, Abbas El Fassi, mais aussi sa famille, qui symbolise la perpétuation d’une élite politique à travers les âges, avec tous les fantasmes qu’une telle position ne manque pas d’alimenter. « On leur prête beaucoup de pouvoir et d’influence. Peut-être trop… Mais leur emprise [sur le pays] est une réalité suffisamment ancienne pour que l’ensemble des Marocains la connaissent », commente l’historien Pierre Vermeren.

À Lire [Série] Maroc : pouvoir, business, religion… Bienvenue chez les Fassis !

Y a-t-il plus fassi qu’un El Fassi ? Alors que l’origine fassie fait l’objet d’interminables débats, le port de ce patronyme apparaît comme un gage d’honneur, dissipe tous les doutes et atteste de l’appartenance très ancienne de cette famille à la cité impériale.

Genèse d’une dynastie