Politique

Législatives au Sénégal : un tournant historique ?

La situation est inédite au Sénégal où, au lendemain des résultats provisoires des élections législatives, la mouvance présidentielle accuse un net recul, sans pour autant avoir dit son dernier mot…

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 5 août 2022 à 19:43

Le président du Sénégal, Macky Sall, votant aux éléctions législatives, le 31 juillet 2022. © Présidence Sénégal

Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives, mais les informations disponibles suffisent pour l’écrire : les élections législatives du 31 juillet 2022 marqueront, quoi qu’il arrive, l’histoire politique du pays.

Certes, à ce stade nul n’a gagné ni perdu. C’est la première caractéristique, largement atypique, de ce scrutin. Alors que nous écrivons ces lignes, le vendredi 5 juillet à 15h30 GMT, impossible encore de départager les deux camps en présence.

Coalition contre coalition

D’un côté, la coalition présidentielle, Benno Bokk Yakaar, vaste regroupement de partis dont les principaux sont l’Alliance pour la République (APR, le parti présidentiel), le Parti socialiste (mouvement historique ayant donné au Sénégal deux présidents sur quatre depuis l’indépendance : Léopold Sédar Senghor puis Abdou Diouf), l’Alliance des forces de progrès (le parti de Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale depuis 2012), et Rewmi (celui d’Idrissa Seck, le président du Conseil économique, social et environnemental depuis la fin de 2019).

À Lire Sénégal : Barthélémy Dias et Ousmane Sonko, duo de choc