Politique

Union africaine : Alpha Oumar Konaré, le retour

Mis à jour le 24 juillet 2013 à 12:00

Après des années de silence, l’ex-chef de l’État malien et ex-président de la Commission de l’Union africaine (UA), Alpha Oumar Konaré, a accepté de reprendre du service au sein de l’organisation panafricaine.

« C’est un homme d’action, il ne pouvait pas rester éternellement comme un ermite au bord du fleuve », confie un proche d’Alpha Oumar Konaré (AOK). Depuis trois ans, l’ex-chef de l’État malien et ex-président de la Commission de l’Union africaine (UA) ne sortait quasiment plus de sa luxueuse résidence de Titibougou, un paisible quartier de Bamako, et restait obstinément muet sur tous les grands sujets politiques de l’heure – crise malienne comprise.

Après un long appel téléphonique de Nkosazana Dlamini-Zuma, la nouvelle présidente de la Commission, il a accepté de présider le groupe de haut niveau de l’UA pour l’Égypte, où il doit se rendre cette semaine. « Après son départ de l’UA, en 2008, il avait été blessé par les propos de Jean Ping, son successeur, qui avait raillé sa diplomatie du mégaphone, explique l’un de ses amis. Depuis que Ping est parti, Konaré n’a plus de problème avec l’UA. » Si sa mission en Égypte se passe bien, ses proches font le pari qu’il acceptera de revenir sur la scène africaine. Sur le dossier malien ? C’est une autre histoire. Lors d’un bref point de presse à Addis-Abeba, le 18 juillet, AOK s’est refusé à tout commentaire sur la situation dans son pays.