Politique économique
Muhammadu Buhari signe le projet de loi sur l’industrie pétrolière à Abuja, le 16 août 2021. © Nigeria Presidency/Handout via REUTERS

Cet article est issu du dossier

Nigeria : Muhammadu Buhari acte II, quel bilan économique ?

Voir tout le sommaire
Économie

Nigeria : flambée des prix, chômage, pauvreté… Dans « le fief » de Buhari, les limites criantes du populisme

« Buhari, le bilan économique » (5/5). Dans son fief politique, au nord du pays, le président laisse ses soutiens sceptiques devant le peu d’efficacité de sa politique de protectionnisme agricole. Reportage.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 7 août 2022 à 17:19

Muhammadu Buhari arrive à la 74e session de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, le 24 septembre 2019. © REUTERS/Carlo Allegri

C’est ici que Muhammadu Buhari a remporté l’élection présidentielle en 2015, sur cette terre du nord qui lui apporte un soutien indéfectible. Ici que sa rhétorique a été éprouvée et que ses promesses ont soulevé l’enthousiasme : de bons emplois, des revenus solides et un sentiment de fierté retrouvée. Ici aussi que le coût de la vie augmente proportionnellement au mécontentement à son égard.

À lire sur The Africa Report – Has Buharinomics delivered for northern Nigeria ?

Malgré des investissements substantiels dans l’agriculture et les infrastructures, la flambée des prix des denrées alimentaires et des carburants ainsi que l’insécurité permanente, pèsent sur le fief de Buhari et ont entamé sa réputation. Chômage, pauvreté et réduction de la production agricole nourrissent les déceptions.

À Lire Nigeria – Wole Soyinka : « S’en prendre à la culture, c’est s’en prendre à l’humanité »

Malgré cette réalité, le président et son équipe économique continuent à appeler les Nigérians à