Politique

Maroc-France : Hassan Iquioussen, un imam dans la tourmente

Depuis le 28 juillet, l’imam marocain fait l’objet d’une procédure d’expulsion lancée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Mais celle-ci a été suspendue par le tribunal administratif au terme d’une semaine de polémique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 août 2022 à 11:34

Hassan Iquioussen lors de la Rencontre annuelle des musulmans de France oragnisée par l’UOIF, au Bourget, le 31 mars 2018. © DENIS/REA

Hassan Iquioussen n’ira pas au Maroc. En tout cas pas tout de suite. Vendredi 5 août, à la mi-journée, son avocate, Lucie Simon, a annoncé que le Tribunal administratif de Paris venait de suspendre l’expulsion de son client, estimant que celle-ci constituait une atteinte disproportionnée à sa vie privée et familiale. 

« Monsieur Iquioussen remercie la justice française d’avoir su garder la tête froide malgré l’ampleur médiatique de ce dossier », a déclaré Me Simon, ajoutant « qu’il s’agit avant tout d’une victoire du droit ».

Depuis plusieurs jours, l’affaire agite classe politique, médias et opinion publique dans une polémique nationale comme seule la France sait en produire. Rappel des faits.

À Lire Ghaleb Bencheikh : « Il faut en finir avec l’islam consulaire en France »

Le 28 juillet, sur Twitter, le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin annonce avoir pris un arrêté ministériel ordonnant l’expulsion de Hassan Iquioussen, un imam des Hauts-de-France de nationalité marocaine.

« Ce prédicateur tient depuis des années un discours haineux à l’encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes. Il sera expulsé du territoire français », a tweeté l’ancien maire de Tourcoing.

Victime d’un néo-maccarthysme visant les musulmans pour ses soutiens, compagnon de route des Frères musulmans pour ses détracteurs, Hassan Iquioussen est-il un danger pour la République ?