Société

Santé : comment repeupler les déserts médicaux africains

La pandémie de Covid-19 a remis en lumière les défaillances des systèmes de santé du continent. Quelle est la réalité de l’accès aux soins et quelles sont les pistes pour sortir de la pénurie chronique de médecins ? Décryptage en infographies.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 septembre 2022 à 14:41

© Photomontage : Jeune Afrique

Un manque criant de professionnels de santé dans des hôpitaux où le matériel est bien souvent obsolète et qui sont, pour une large partie de la population, beaucoup trop éloignés géographiquement. Des campagnes de vaccination et de prévention qui traînent. Des traitements souvent trop coûteux pour les bourses des patients et de leurs proches, auxquels il faut parfois ajouter les pots-de-vin que réclament certains médecins pour prodiguer des soins…

Malgré les promesses et les annonces d’investissements dans ce secteur crucial, les systèmes de santé sont toujours aussi défaillants sur une large partie du continent. Pire, leur état se détériore dans la majorité des pays. Selon l’enquête réalisée en juillet dernier par Afrobarometer, six Africains sur dix considèrent avoir manqué de soins médicaux au moins une fois au cours de l’année écoulée.

Volonté politique

La pandémie de Covid-19, venue bousculer des systèmes de santé déjà fragiles, a jeté une lumière crue sur ces carences, dans un continent où la santé devrait pourtant être au tout premier rang des priorités. Avec une population très jeune – l’âge médian en Afrique est de 20 ans – , des taux de pauvreté très élevés, une population qui n’a pas toujours accès aux besoins de base, les premiers effets du réchauffement climatique qui se font sentir, le défi sanitaire est aussi colossal que la volonté politique pour y faire face semble faible.

À Lire Maladies infectieuses : Félix Tshisekedi, Paul Kagame, Macky Sall, Uhuru Kenyatta et Cyril Ramaphosa à l’offensive

Les conséquences de ce déficit d’investissements sont lourdes. Malgré les progrès enregistrés dans le domaine médical et de la prévention, le paludisme continue de faire des ravages dans plusieurs régions du continent. La lutte contre le VIH, si elle est au cœur de nombreuses initiatives publiques et privées, n’empêche malheureusement pas le continent de concentrer 70% des cas de sida. La mortalité infantile y reste la plus élevée au monde : un enfant sur treize meurt avant d’atteindre l’âge de cinq ans.

Conséquences économiques

Les conséquences sont aussi économiques. La dépendance aux médicaments – notamment les vaccins – produits hors du continent pèse à la fois sur le plan symbolique mais aussi, et surtout, sur le budget des États. La pandémie de Covid-19 l’a démontré à suffisance. En outre, les difficultés d’accès aux soins, facteur d’appauvrissement, touchent plus fortement encore la frange la plus pauvre de la population.

À Lire « L’Afrique n’est autosuffisante pour aucun vaccin ou médicament »

Nombre de médecins par habitant, production et accès aux médicaments, part du budget allouée par les États au secteur de la santé, poids des dépenses médicales dans les finances des ménages… Le décryptage, en infographies, des principaux indicateurs permet de comprendre l’ampleur du chemin qu’il reste à parcourir. Mais des solutions existent.