Société

Tchad : #Space235, un trio de choc sur Twitter

Chaque samedi, une juriste, un ingénieur et un expert en ressources humaines donnent rendez-vous aux internautes tchadiens pour une discussion autour de thèmes liés à l’entrepreneuriat, à la formation et au coaching. Un seul mot d’ordre : un esprit positif.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial à N'Djamena
Mis à jour le 8 octobre 2022 à 10:48

Abouna Abdelaziz Papou, manager en ressources humaines et co-hôte de #space235, en juillet 2022, à N’Djamena. © Francois-Xavier Freland pour JA

Le wanassa, c’est un peu le grin sahélien, la palabre, cette causerie où l’on se retrouve entre voisins, entre amis, pour refaire le monde. C’est ce qu’a cherché à recréer, virtuellement, le trio de choc formé par Achta Mahamat Saleh (juriste), Abdoulaye Mahamat (ingénieur) et Abouna Abdelaziz Papou (expert en ressources humaines). Depuis plus d’un an, leurs discussions hebdomadaires sur Twitter autour de sujets divers liés à l’entrepreneuriat attirent de plus en plus de monde : chefs d’entreprise, politiques, ministres, sans compter les auditeurs lambda. On y parle cryptomonnaie, économie bleue et bons tuyaux pour créer une entreprise.

Chaque samedi, à partir de 21 heures, entre 1 500 et 2 000 personnes se retrouvent sur le forum. Quand les uns parlent, les autres écoutent et envoient des questions en simultané sur le fil Twitter. « Bonsoir à tous ! Souvenez-vous : respect et tolérance sont les deux règles », lance à la cantonade, à chaque début d’émission, Achta Mahamat Saleh, l’une des trois hôtes et modératrice en chef.

Questions toujours pertinentes

L’intelligentsia africaine est invitée à partager ses connaissances et ses expériences sur des thématiques précises : le développement de carrière, les métiers d’avenir… Ce samedi-là, le #Space235 est consacré aux « compétences du XXIe siècle ». Trois invités se succèdent au micro, au cours de deux sessions de une ou deux heures chacune. Les interventions sont parfois un peu longues, mais les questions toujours pertinentes.