Politique

Algérie : pourquoi Alger pousse pour réintégrer la Syrie dans la Ligue arabe

Le ministre algérien des Affaires étrangères s’est rendu à Damas les 24 et 25 juillet. Soutien indéfectible de Bachar al-Assad, l’Algérie accentue son lobbying en faveur de la réhabilitation du régime syrien.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 28 juillet 2022 à 13:22

Conférence de presse conjointe des ministres des Affaires étrangères algérien Ramtane Lamamra (à gauche) et syrien Faisal Mekdad, à Damas le 25 juillet 2022. © Ammar Safarjalani/Xinhua/REA

Décidément, Alger ne ménage pas ses efforts pour le retour de la Syrie dans le giron arabe. En déplacement à Damas, le ministre des Affaires étrangères algérien Ramtane Lamamra a rencontré, le 25 juillet, son homologue syrien Faisal Mekdad, ainsi que le président Bachar al-Assad.

Au cours d’une conférence de presse conjointe, le chef de la diplomatie algérienne a réitéré son soutien au retour de la Syrie dans la Ligue arabe, affirmant que son absence était « préjudiciable à l’œuvre arabe commune ». Se voulant optimiste, il a par ailleurs ajouté que « de nombreux responsables arabes se rendent à Damas et rencontrent des responsables syriens ». En effet, les pays arabes reprennent doucement la route de Damas.

À Lire [Série] Syrie : Asma al-Assad, dame de cœur devenue reine de pique (1/3)

La Jordanie a rouvert sa frontière nord, le ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdallah Ben Zayed Al Nahyane, s’est rendu en Syrie en novembre 2021, les Saoudiens nouent officieusement des contacts via les services de renseignement, Bahreïn a renvoyé un ambassadeur en décembre 2021 et l’Égypte multiplie les déclarations favorables à un retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe.

La Syrie se fait ainsi de plus en plus fréquentable aux yeux de ses partenaires arabes et pourrait retrouver son siège vacant. Après la répression de la contestation contre le régime, Damas avait été suspendue de l’organisation régionale dès novembre 2011.

À Lire Syrie : Hafez al-Assad junior, le fils de Bachar, à l’école de la dictature

Contrairement à celle de certains pays du Golfe, l’attitude d’Alger vis-à-vis de la Syrie n’est pas nouvelle. Le 5 juillet, le chef de la diplomatie syrienne Faisal Mekdad avait été invité en Algérie à l’occasion des 60 ans de l’indépendance.

Une occasion rêvée de rencontrer plusieurs délégations arabes et africaines. À cette occasion, le président tunisien, Kaïs Saïed, a d’ailleurs adressé un message de salutations à son homologue syrien via le diplomate. De surcroît, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, avait déjà suggéré en novembre que Bachar al-Assad pouvait revenir au sein de l’organisation régionale. « La Syrie est censée être présente », avait-il alors déclaré.

Un soutien indéfectible à Damas