Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 30 qui (re)font le Congo»

Voir tout le sommaire
Société

Solange Samba

Journaliste pendant 20 ans, Solange Samba a par la suite créé une agence de communication.

Journaliste pendant 20 ans, Solange Samba a par la suite créé une agence de communication. © Baudouin Mouanda pour J.A.

Directrice générale d’Africontact.

Le premier Salon international de la formation professionnelle au Congo, en 2008, c’est elle. Le premier Festival du pagne et du tissu africain, en 2009, et le premier Symposium international du numérique au Congo, en 2010, c’est encore elle. La vocation de communicante de Solange Samba est née en 2006. "Après avoir été journaliste pendant vingt ans pour la chaîne publique Télé Congo, j’ai quitté le pays en 1998, à cause de la guerre, explique la quinquagénaire. Je me suis installée au Royaume-Uni, puis à Paris, où j’ai créé l’agence." Avant de revenir, en 2008, à Brazzaville, où Africontacts poursuit ses activités dans l’événementiel mais aussi dans le conseil en communication auprès d’entreprises et d’organismes internationaux, un créneau sur lequel les Congolais sont encore peu présents. Parmi ses clients : Saris, Assurances et réassurances du Congo, la Banque mondiale ou encore la cellule locale de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives, ITIE Congo.

Retour au sommaire du dossier : Société civile, culture, économie : les 30 qui font le Congo-Brazzaville

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte