Société
Les 30 qui (re)font le Congo

Cet article est issu du dossier

Les 30 qui (re)font le Congo

Voir tout le sommaire
Société

Joe Washington Ebina

Mis à jour le 26 août 2013 à 18:18

Président de la Fondation Ebina et du Collectif des explosions du 4-Mars, 40 ans

Il aurait pu se contenter d’être un tranquille rentier, sa famille possédant notamment plusieurs hôtels, dont le Saphir, à Brazzaville. Il a choisi d’être aussi philanthrope. Formé au management aux États-Unis et en Afrique du Sud, Joe Washington Ebina préside depuis 2006 la Fondation Ebina, créée après la mort de son père, l’homme d’affaires Charles Ebina. Après avoir constaté que "les politiques n’ont pas de relation directe avec ce que la population vit au quotidien", ce natif de la capitale a décidé de consacrer son temps au "bien-être commun" afin d’"alléger" sa conscience. Les actions de sa fondation visent à améliorer les conditions de vie des populations marginalisées : distribuer de l’eau potable à ceux qui en manquent, assister les plus démunis, mobiliser les bonnes volontés et les partenaires pour que les Pygmées soient recensés et que leurs enfants aient un certificat de naissance, etc. À la tête d’un collectif créé pour défendre les intérêts des victimes de l’explosion de la caserne de Mpila, en mars 2012, Joe Washington Ebina a été brièvement arrêté en mai alors qu’il s’apprêtait à tenir une réunion avec des sinistrés.

Retour au sommaire du dossier : Société civile, culture, économie : les 30 qui font le Congo-Brazzaville