Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 30 qui (re)font le Congo»

Voir tout le sommaire
Société

Théophile Mwené Ndzalé Obenga

Philosophie, egyptologie, sciences humaines... Théophile Mwené Ndzalé Obenga cumule les passions.

Philosophie, egyptologie, sciences humaines... Théophile Mwené Ndzalé Obenga cumule les passions. © Muriel Devey pour J.A.

Historien et philosophe, 77 ans

Né à Mbaya, dans le Kouilou, en février 1936, Théophile Mwené Ndzalé Obenga n’a pas son pareil pour évoquer l’univers ésotérique du kiébé-kiébé, une danse initiatique du département de la Cuvette. Difficile de lui coller une étiquette tant il est bardé de diplômes. Docteur ès lettres et sciences humaines de la Sorbonne (à Paris), il a étudié l’histoire au Collège de France, la philosophie à Bordeaux, les sciences de l’éducation aux États-Unis (à Pittsburgh) et l’égyptologie en Suisse (à Genève). Si cette dernière matière est l’une de ses passions – il est adepte des thèses de Cheikh Anta Diop sur l’appartenance de l’Égypte aux civilisations négro-africaines -, la culture bantoue, la littérature traditionnelle mbochie et l’histoire du Congo en sont d’autres. Ancien directeur général du Centre international des civilisations bantu à Libreville (Gabon) et professeur au département de civilisations africaines à l’université de San Francisco (États-Unis), Obenga a dirigé un ouvrage collectif, Histoire générale du Congo des origines à nos jours, édité pour le cinquantenaire de l’indépendance du pays, en 2010.

Retour au sommaire du dossier : Société civile, culture, économie : les 30 qui font le Congo-Brazzaville

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte