Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 30 qui (re)font le Congo»

Voir tout le sommaire
Société

Rhode Makoumbou

Rhode Makoumbou a reçu en 2012 le Grand Prix des arts et des lettres du président de la Républiqu © Baudouin Mouanda pour J.A.

Peintre et sculptrice, 36 ans.

Est-ce parce que, dès le biberon, elle a été à l’école de son père, le peintre David Makoumbou, qu’elle a attrapé le virus des arts plastiques ? Toujours est-il que Rhode Makoumbou, native de Brazzaville, peut s’enorgueillir d’être devenue le porte-étendard des arts plastiques congolais dans de nombreux pays, dont la Belgique, où elle réside. Au Congo, elle a reçu en 2012 le Grand Prix des arts et des lettres du président de la République. Peintre et sculptrice, Rhode Makoumbou fait se croiser dans ses oeuvres différentes écoles – réalisme, cubisme, expressionnisme – "tout en affirmant [la] part congolaise et africaine de [son] identité artistique". C’est cette particularité, présente dans ses toiles, ses sculptures, son style et ses thèmes, qui constitue son écot à l’art universel.

Retour au sommaire du dossier : Société civile, culture, économie : les 30 qui font le Congo-Brazzaville

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte