Politique

IBK, une investiture en grande pompe

Le président malien, IBK. © AFP

Premier casse-tête inattendu pour le nouveau président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) : la date de son investiture.

Au départ, l’équipe du nouveau président malien avait tablé sur le 19 septembre pour l’investiture, mais la Cour constitutionnelle, se fondant sur la loi, a fixé au 4 septembre sa prise de fonctions officielle. Problème : 25 à 30 chefs d’État et de gouvernement étant attendus pour l’occasion, les préparatifs nécessitent un certain délai. Finalement, IBK a coupé la poire en deux. Sa prestation de serment aura bien lieu le 4 septembre au Centre international de conférences, à Bamako, mais la grande cérémonie populaire à laquelle assisteront ses pairs se déroulera le 19, au stade du 26-Mars. Tous les présidents de la région devraient en être, de même que les chefs d’État gabonais, congolais, rwandais, tchadien et sud-africain. Le président français François Hollande, un ami d’IBK, fera également le déplacement. Il devrait s’entourer d’une forte délégation. Côté américain, ce sera, au mieux, le secrétaire d’État John Kerry, ou plus sûrement un chargé d’affaires.

>> À lire : Mali : pour son premier déplacement à l’étranger, IBK rend visite à Idriss Déby Itno

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte