Arts

Mehdi Qotbi : « Mohammed VI apporte un soutien décisif aux arts et à la culture »

Le dernier ouvrage de Mehdi Qotbi s'appelle Couleurs et Écritures, quarante ans de peinture. © Corentin Fohlen/Fedephoto pour J.A.

Pour l'artiste peintre Mehdi Qotbi, l'attention particulière du roi marque un tournant qui incite à l'optimisme.

Jeune Afrique : Que fait le gouvernement pour promouvoir la culture, la formation aux arts ?

Mehdi Qotbi : J’ai l’impression que pendant des années les programmes gouvernementaux n’ont pas placé la culture au coeur de leurs priorités : le budget alloué à la culture est dérisoire, le système éducatif n’initie pas à l’art, les bibliothèques et les musées ne sont pas attrayants. Mais aujourd’hui, cette impression cède la place à une certitude nouvelle et très optimiste. Nous assistons à un tournant dans la vie culturelle grâce à l’attention particulière qu’accorde Sa Majesté le roi Mohammed VI à la culture. Le discours royal à l’occasion de la fête du Trône est là pour en témoigner, et de nombreux chantiers ont été lancés. Le nouveau musée d’Art contemporain est en cours d’achèvement, la Bibliothèque nationale du royaume existe déjà. D’autres projets sont en état de gestation, comme le nouveau Conser­vatoire national de musique et de danse… Nous vivons une vraie révolution culturelle !

Quel rôle joue la Fondation nationale des musées, que vous présidez ?

Née d’une volonté royale, la fondation veut rompre avec une notion très classique et conservatrice du musée pour en faire un espace plus démocratique, plus ouvert au public. Nous élaborons une stratégie pour la modernisation et l’amélioration de la gestion des musées au Maroc. Par ailleurs, nous développons des partenariats à l’international, avec le Louvre, le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) ou encore la direction des Musées de France.

Y a-t-il une empreinte particulière du roi en matière culturelle ?

Nous avons la chance inouïe d’avoir un roi artiste. Beaucoup de projets n’ont vu le jour que grâce à son soutien. C’est pour nous une inépuisable source de motivation.

Que répondez-vous à ceux qui pensent que la culture est en danger du fait de la percée de mouvements islamistes ?

Je répondrai tout simplement que la culture humaniste et universelle est justement le meilleur rempart contre l’extrémisme. Nous ferons de l’art notre mouvement de résistance pour instaurer une culture de respect, de tolérance et de paix.

________

Propos recueillis par Youssef Aït Akdim

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte