Politique

Mauritanie : Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani à l’heure des choix

Affaire Aziz, inflation, crise du carburant… Après avoir connu un long état de grâce, le chef de l’État fait face, à mi-mandat, aux premières critiques. Analyse.

Réservé aux abonnés
Par et - envoyés spéciaux à Nouakchott
Mis à jour le 25 juillet 2022 à 12:04

Le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, le 17 mars 2022 à Madrid. © GABRIEL BOUYS / AFP

Cette fois, pour emprunter les mots du romancier Mbarek Ould Beyrouk, le ciel n’a pas oublié de pleuvoir. En juin, les premières gouttes de pluie tombées à travers le pays, en proie à une grave sécheresse, ont redonné de l’espoir aux Mauritaniens et, surtout, allégé le poids pesant sur le chef de l’État, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Ce dernier, qui a fait consensus pendant de longs mois après son élection en juin 2019, affronte désormais les premières critiques. C’est sans doute l’un des revers du pouvoir auquel l’ancien chef d’état-major des armées était le moins préparé.

Tour d’ivoire

Cet homme mesuré et très discret de 65 ans, issu d’une grande et influente confrérie soufie, est à présent sommé de rendre des comptes sur ses trois premières années passées au Palais. Certains lui reprochent de s’être enfermé dans une tour d’ivoire, de ne pas renouveler la classe politique et l’administration ou encore de ne pas prendre de risques. « Son prédécesseur était omniprésent, tranche Yahya Ould Ahmed El Waghf, le secrétaire général de la présidence. Lui a une autre méthode, une autre culture. Ses réalisations sont nombreuses et nous avons conscience que nous devons davantage communiquer à ce sujet. De premiers bilans sont à l’impression afin d’être distribués. »

À Lire [Exclusif] Mauritanie – Mohamed Ould Ghazouani : « Je ne suis pas juge pour dire si Mohamed Ould Abdelaziz est coupable ou non »

Et de lister les nombreux projets du président passés sous silence : réponse efficace à la crise liée au Covid-19 ; augmentation des salles de classes et recrutement de 8 000 fonctionnaires ; construction de routes ; amélioration des infrastructures de base… C’est là que se situe tout l’enjeu de ce mi-mandat. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani doit désormais sortir de la gestion de la pandémie, unanimement saluée, pour s’affirmer davantage sur d’autres plans. Le chef de l’État tient malgré tout à se montrer imperméable à la pression.

L’ombre de Mohamed Ould Abdelaziz