Économie

Japon-Afrique : les entreprises nippones, entre confiance et méfiance

Attirées par le potentiel économique du continent, les sociétés nippones sont toujours plus nombreuses à s’y implanter. Elles conservent néanmoins une certaine méfiance.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 juillet 2022 à 10:36

Dans le comté de Turkana, 18 jeunes du camp de réfugiés de Kakuma se sont inscrits à une formation d’un an en mécanique automobile et en entrepreneuriat auprès de la Toyota Academy. © Toyota Kenya Foundation

En matière de business, tout est affaire d’impressions. Celles des entrepreneurs japonais installés en Afrique reste mitigées. C’est ce qui ressort de l’étude lancée en 2021 par l’Organisation japonaise du commerce extérieur (Jetro), dont les résultats ont été publiés en février dernier. Sur les 900 entreprises nipponnes présentes aujourd’hui en Afrique, 335 ont été sollicitées par les services de Jetro et 258 ont répondu, soit les deux tiers, disséminées dans vingt pays à travers le continent.

À Lire Katsumi Hirano : « Notre secteur privé est encore en phase de découverte du marché africain »

Près de la moitié (49,2 %) des entreprises sondées ont annoncé des résultats d’exploitation bénéficiaires pour 2021, soit une hausse de près de 13 points en douze mois. « C’est un retour au chiffre d’avant la crise sanitaire », selon les experts du Jetro, qui notent néanmoins une disparité selon les pays. Si les opérateurs nippons établis en Afrique du Sud, en Égypte et en Côte d’Ivoire ont en