BTP & Infrastructures
Pont Hassan 2 à Rabat Pont Hassan 2 dans la ville de Rabat, projet d’aménagement de la Vallée du Bouregreg.   Maroc, Rabat.  

© Hassan Ouazzani pour JA

Cet article est issu du dossier

Infrastructures : quand l’Afrique trace sa route

Voir tout le sommaire
Économie

Thierry Déau (Meridiam) : « Il faut bien négocier les contrats de concession »

Infrastructures, africanisation des investissements, fonds souverains et… contrats de concession. L’Africa CEO Forum a été l’occasion de discuter avec Thierry Déau, CEO de Meridiam, du développement du continent. Entretien.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 juillet 2022 à 10:58

Le fondateur, président et directeur général de Meridiam, Thierry Déau, lors d’une photo de séance, à Paris, le 25 février 2022. © JOEL SAGET/AFP

Solide dans les négociations, toujours à l’affût d’opportunités, comme lors du rachat, en 2020, de Suez par Veolia, Thierry Déau est à la tête de Meridiam, spécialiste de l’investissement dans les infrastructures, qui s’est renforcé en Afrique depuis une demi-douzaine d’années. Le quinquagénaire, ingénieur des Ponts et Chaussées, est à la tête d’une structure gérant plus de 18 milliards de dollars d’actifs avec plus de 100 projets en cours.

Sur le continent, où Meridiam compte quatre implantations (Dakar, Addis-Abeba, Libreville et Johannesburg), le capital-investisseur est présent dans une multitude de secteurs, du portuaire (Owendo au Gabon et Nouakchott en Mauritanie) à l’aéroportuaire (Burkina Faso, Madagascar), en passant par l’énergie solaire (Sénégal), l’hydroélectricité (Gabon), la géothermie (Éthiopie) et le transport… Pour Jeune Afrique, son fondateur et directeur général revient sur les sujets prioritaires du secteur des infrastructures en Afrique.

À Lire En Afrique aussi, Thierry Déau (Meridiam) veut redoubler d’ambitions

Jeune Afrique : Quels devraient être les projets d’infrastructure prioritaires pour le continent ?