Économie

RDC : à Kamoa-Kakula, le complexe cuprifère turbine

Un an après sa mise en exploitation, le projet minier de la compagnie Kamco, près de Kolwezi, dépasse toutes les attentes. Il est appelé à devenir le troisième plus grand complexe de production de cuivre au monde en 2024.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 25 juillet 2022 à 11:37

Vue aérienne du site de Kamoa 1 et 2, à 25 km de Kolwezi, dans le Lualaba. © DR

La concession de Kamoa-Kakula, qui couvre les trois permis d’exploitation de Kamoa Copper (Kamco), est immense. Elle s’étend sur 400 km2, à 25 km à l’ouest de Kolwezi, dans le Lualaba (Sud). Un paysage lunaire ? Non, car les sites miniers sont séparés les uns des autres par des savanes arbustives qui colorent de vert l’horizon.

Les réserves probables de ce méga-complexe cuprifère sont estimées à 233 millions de tonnes (Mt) de minerai brut avec une teneur en cuivre de 4,46 %, soit 10,4 Mt de cuivre contenu, selon Olivier Binyingo, vice-président des relations publiques d’Ivanhoe Mines en RDC. Un jackpot pour Kamco, dont le capital est détenu par le canadien Ivanhoe Mines (39,6 %), le chinois Zijin Mining (39,6 %), le britannico-hongkongais Crystal River Global Ltd (0,8 %) et l’État congolais (20 %).

À Lire RD Congo : un groupe chinois autorisé à participer au plus grand projet minier de cuivre du monde

Le développement du complexe se fait par étapes. La première a porté sur la construction des mines de Kakula et de Kansoko, ainsi que d’un premier concentrateur d’une capacité de traitement de 3,8 Mt de minerai excavé par an et alimenté par la mine de Kakula. Le premier concentré de cuivre est sorti le 25 mai 2021. Au total, 105 884 t de cuivre contenu ont été livrées en 2021 – sur seulement sept mois d’exploitation –, dépassant les prévisions.