Économie

Huile de palme : avec PHC, les investisseurs jouent la carte du « 100 % Congo »

Modernisation des infrastructures, replantation de palmeraies vieillissantes, nouveaux travaux de recherche : les Plantations et Huileries du Congo vont-elles conforter leur position de plus grand producteur d’huile de palme du pays ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 5 juillet 2022 à 12:48

Pépinière de PHC sur son site de Yaligimba, dans la Mongala. © PHC

Après le rachat, en novembre 2020, des parts du canadien Feronia et, en avril 2021, de celles du fonds d’investissement African Agriculture Fund (AAF), le fonds Straight KKM2 (KKM) est désormais aux commandes des Plantations et Huileries du Congo (PHC), dont il est l’actionnaire majoritaire, avec 83,2 % du capital, à côté de l’État congolais.

Basé à Maurice, KKM est formé de Kuramo Kapital, présidé par l’Américain d’origine nigériane Wale Adeosun, et de Mafuta Investment Holding, détenu en partie par Kalaa Mpinga (fils du Congolais Mpinga Kasenda, un ex-Premier ministre de Mobutu), qui, après avoir investi dans les mines, a opté pour l’agribusiness.