Politique

Algérie : valse diplomatique

Après le remaniement ministériel, la valse des ambassadeurs algériens a commencé.

Par
Mis à jour le 17 octobre 2013 à 09:55

Ancien Premier ministre et ancien chef du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia devrait être nommé ambassadeur à Washington. Abdelaziz Belkhadem, son prédécesseur, qui dirigea le FLN jusqu’en janvier dernier, devrait pour sa part atterrir à Riyad, et le sénateur Abou Bakr Benbouzid, ancien ministre de l’Éducation nationale, à Moscou, où il remplacerait Smail Chergui. Ce dernier a, quant à lui, été envoyé à Addis-Abeba en remplacement de Ramtane Lamamra, nommé en septembre à la tête de la diplomatie. Comment interpréter les nominations d’Ouyahia et de Belkhadem, probables candidats à la succession de Bouteflika en avril 2014 ? Comme une volonté de les éloigner de la scène politique ? Ou comme une récompense offerte à deux fidèles du chef de l’État ?

>> À lire aussi sur Jeune Afrique : Match Burkina-Algérie : les dessous du piratage d’Al-Jazira par ENTV