Politique

Centrafrique : fin de partie pour le « général » Moussa Assimeh

| Par Jeune Afrique
Des soldats de la Séléka à Bangui, le 30 mars.

Des soldats de la Séléka à Bangui, le 30 mars. © Sia Kambou/AFP

Le président de transition de la Centrafrique, Michel Djotodia, tente d’écarter l’un des principaux chefs de guerre du pays, le « général » Moussa Assimeh.

Pressé par la communauté internationale et les États de la sous-région de faire le ménage dans son entourage, Michel Djotodia négocie le départ du "général" Moussa Assimeh, l’un des chefs de guerre les plus puissants du pays. L’intéressé demanderait en échange, outre une forte somme d’argent, l’intégration de ses quelque sept cents hommes dans les futures Forces de défense et de sécurité. Ancien colonel de l’armée soudanaise originaire du Darfour, Assimeh appartient à une tribu de nomades arabes Djandjawid. Convaincu de pouvoir jouer un rôle au côté de Djotodia, qui s’est longtemps appuyé sur lui, il faisait "tout pour se fondre dans le paysage local", explique une source sécuritaire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte