Dossier

Cet article est issu du dossier «Qui sont les nouvelles stars de la vie politique tunisienne ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Kaïs Saïed, la vigie

Kaïs Saïed. © Hichem

Issus de la société civile, de la classe politique ou du monde des médias, ils auront marqué, par leur action ou par leur influence, la transition démocratique amorcée au lendemain de l'élection de la Constituante, il y a tout juste deux ans. Parmi eux, Kaïs Saïed.

Vice-président de l’Association tunisienne de droit constitutionnel et professeur universitaire, Kaïs Saïed, 55 ans, plaide sans détour pour une Constituante "représentative du peuple et non de pseudo-partis politiques". Son éloquence hors pair et ses analyses aussi impartiales qu’implacables ont fait de ce constitutionnaliste chevronné l’une des voix les plus écoutées du pays. Au point que l’on a vu apparaître son nom dans un sondage sur les présidentiables. Pressenti pour veiller aux destinées de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), il s’est retiré du Comité d’experts chargé de réviser le projet de Constitution, mais continue de dénoncer les dérives du processus de transition et de pourfendre une grande partie de la classe politique, qu’il accuse de ne penser qu’à la préservation de ses privilèges.

Retour au sommaire du dossier

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte