Dossier

Cet article est issu du dossier «Qui sont les nouvelles stars de la vie politique tunisienne ?»

Voir tout le sommaire
Médias

Tunisie : Slim Riahi, « Monsieur Bons Offices »

Le président de l'Union patriotique libre, Slim Riahi. © Hichem

Issus de la société civile, de la classe politique ou du monde des médias, ils auront marqué, par leur action ou par leur influence, la transition démocratique amorcée au lendemain de l'élection de la Constituante, il y a tout juste deux ans. Parmi eux, Slim Riahi, le président de l'Union patriotique libre (UPL).

Si l’origine de sa fortune et son passé restent troubles, le président de l’Union patriotique libre (UPL) aura joué un rôle de premier plan en contribuant à rapprocher les deux piliers de la classe politique nationale : Rached Ghannouchi, chef d’Ennahdha, et Béji Caïd Essebsi, leader de Nida Tounes. Dans la foulée de son retour en Tunisie en 2011, Slim Riahi, 41 ans, avait créé l’UPL et mené une campagne électorale à grands frais, mais sans résultat. Aujourd’hui patron du Club africain, l’un des clubs sportifs phares du pays, et propriétaire de la très populaire chaîne de télévision Attounissia, opposante au pouvoir en place, l’ex-homme d’affaires opère aussi un intense lobbying auprès des autres partis.

Retour au sommaire du dossier

>>  À lire aussi : Tunisie – Libye : qui finançait Slim Riahi ?

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte