Dossier

Cet article est issu du dossier «Qui sont les nouvelles stars de la vie politique tunisienne ?»

Voir tout le sommaire
Médias

Mustapha Kamel Nabli : le compte est bon

Issus de la société civile, de la classe politique ou du monde des médias, ils auront marqué, par leur action ou par leur influence, la transition démocratique amorcée au lendemain de l’élection de la Constituante, il y a tout juste deux ans. Parmi eux, Mustapha Kamel Nabli.

ancien directeur de la section Moyen-Orient-Afrique du Nord à la Banque mondiale, l’ex-gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT) n’a pas ménagé ses efforts durant son mandat (février 2011-juillet 2012) pour maintenir l’équilibre du secteur bancaire, gangrené par des créances toxiques, stabiliser le dinar, éviter l’inflation et mobiliser les 3,8 milliards d’euros par an nécessaires à la relance. Écarté par le président Moncef Marzouki, Mustapha Kamel Nabli, 65 ans, reste en réserve de la vie politique mais n’en continue pas moins de tirer la sonnette d’alarme. En attendant mieux, sans doute…

Retour au sommaire du dossier

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte