Politique

Algérie : Djamel Ould Abbès a-t-il détourné un don aux familles des victimes du terrorisme ?

Purgeant déjà une peine de huit ans de prison, l’ex-patron du FLN devait être rejugé ce 22 juin pour une affaire de détournement de dons. Mais son hospitalisation a conduit la justice à différer son procès.

Réservé aux abonnés
Par - à Alger
Mis à jour le 22 juin 2022 à 16:26

Djamel Ould Abbès, ancien patron du Front de libération nationale (FLN). © Billal Bensalem/NurPhoto via AFP

Alors qu’il purge depuis juillet 2019 une peine de huit ans de prison, l’ancien ministre de la Solidarité nationale (de 2003 à 2010) et ex-secrétaire général du FLN Djamel Ould Abbès, 89 ans devra à nouveau être jugé pour blanchiment d’argent et détournement de deniers publics.

Le  procès, qui devait s’ouvrir ce mercredi 22 juin au tribunal de Sidi M’hamed, a été reporté au 6 juillet en raison de son hospitalisation, depuis une semaine, au pavillon réservé aux détenus de l’hôpital Mustapha-Pacha d’Alger « pour diverses maladies liées à son âge qui nécessitent des examens médicaux », indique sa défense.

Djamel Ould Abbès devra s’expliquer cette fois sur l’utilisation d’un don koweitien de 5 millions de dollars remis à l’ex-chef de l’État Abdelaziz Bouteflika au début de l’année 2000 au profit des familles des victimes du terrorisme.

À Lire Algérie : dix choses à savoir sur Djamel Ould Abbès, secrétaire général du FLN

La présidence avait chargé à l’époque l’ancien ministre de la Solidarité de verser le chèque sur un compte spécial réservé auxdites familles « en vue de l’affecter à des projets de construction de logements », a précisé Djamel Ould Abbès devant la justice.

Transferts de fonds