Politique

[Fact-checking] Sénégal : des rebelles casamançais dans les manifestations de l’opposition ?

Alors que l’opposition manifeste ce 17 juin à Dakar, le procureur de la République affirme que des présumés indépendantistes casamançais veulent perturber ses rassemblements. Des accusations démenties par des sources proches du MFDC.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 juin 2022 à 16:57

Déploiement de la police anti-émeutes autour de la maison d’Ousmane Sonko, dans la cité Keur Gorgui, à Dakar, le 17 juin 2022 © SEYLLOU/AFP

C’est dans un domicile encerclé par plusieurs véhicules de police qu’Ousmane Sonko s’est couché jeudi soir. Vendredi après-midi, les forces de l’ordre encerclaient encore sa maison de la cité Keur Gorgui, un quartier résidentiel de Dakar, tandis que des barrières antiémeutes en barraient l’accès.

Mais en dépit de ce déploiement, le leader de l’opposition sénégalaise, dont la candidature aux législatives du 31 juillet a été invalidée par le Conseil constitutionnel, entend bien manifester.

Aux côtés de ses alliés de la coalition Yewwi Askan Wi – Wallu, le président du Pastef espère réitérer le succès de la mobilisation du 8 juin dernier, quand plusieurs milliers de ses partisans s’étaient réunis – dans le calme – contre le régime de Macky Sall.

Manifestation à risque

La journée du 17 juin pourrait toutefois être plus mouvementée. Le préfet de Dakar, qui a considéré que le rassemblement comportait un risque de troubles à l’ordre public, l’a interdit. Sans surprise : le gouverneur de Dakar avait déjà rappelé le 11 juin que, en vertu du code électoral, toute activité de « propagande déguisée », c’est-à-dire « manifestation, ou déclaration publique de soutien à un candidat, ou à un parti politique ou coalition » était interdite lors de la période de pré-campagne électorale, qui s’étend du 10 juin au 9 juillet.