Politique

Est de la RDC : le Kenya demande le déploiement d’une force régionale

Le président kényan Uhuru Kenyatta a appelé au déploiement d’une force régionale dans l’Est afin d’y rétablir la paix, tandis que les autorités congolaises ont exigé que le Rwanda retire les troupes qui sont, selon elles, présentes sur son sol.

Par
Mis à jour le 16 juin 2022 à 10:57

Le président kényan Uhuru Kenyatta, le 9 mars 2022. © Yasuyoshi CHIBA / AFP

« J’appelle à mobiliser la Force régionale de l’Afrique de l’Est sous les auspices de la Communauté d’Afrique de l’Est » (EAC), a déclaré Uhuru Kenyatta dans un communiqué rendu public mercredi 15 juin.

Des responsables militaires des sept pays membres de l’EAC doivent se retrouver dimanche afin de préparer le déploiement d’une telle force, a précisé le président kényan. « [Elle] doit être déployée immédiatement dans les provinces d’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu afin de stabiliser la région et rétablir la paix », a-t-il dit.

À Lire RDC : après la prise de Bunagana, la fin de l’entente entre Tshisekedi et Museveni ?

Le Mouvement du 23 mars (M23), une rébellion à dominante tutsi vaincue en 2013 par l’armée congolaise et les Casques bleus de la mission de l’ONU, a repris les armes fin 2021, en reprochant aux autorités congolaises de ne pas avoir respecté un accord pour la démobilisation et la réinsertion de ses combattants. Kinshasa accuse le Rwanda de leur fournir une assistance, ce que Kigali dément.

Lundi, la localité congolaise de Bunagana, un centre d’échanges commerciaux situé à la frontière ougandaise, est tombée entre les mains des rebelles et l’armée congolaise a immédiatement accusé le Rwanda d’avoir « envahi » son territoire.

« Défendre chaque centimètre du territoire »

Cette annonce du président kényan survient alors qu’un Conseil supérieur de la défense, présidé par Félix Tshisekedi, s’est tenu à Kinshasa dans la soirée du 15 juin. Décision a été prise de demander au gouvernement de suspendre toutes les conventions et protocoles d’accords signés avec le Rwanda. Le Conseil, qui a réitéré son soutien à la médiation menée par le président angolais, João Lourenço, a également exigé que Kigali retire ses troupes « présentes sur le sol congolais ».

« Cette attitude belliqueuse du Rwanda procède d’une stratégie annoncée et programmée de troubler une nouvelle fois la paix et perturber la quiétude de nos paisibles et innocentes populations. La République démocratique du Congo est déterminée à défendre chaque centimètre carré de son territoire », a ajouté un communiqué du Conseil.

Quelques jours plus tôt, c’est Kigali qui s’était formellement plaint auprès de Kinshasa des « constantes actions de provocation et d’agression de la RDC contre le Rwanda ». La diplomatie rwandaise s’était également dite préoccupée par la « propagande haineuse généralisée sur les réseaux sociaux » et par les « manifestations récurrentes contre le Rwanda ».

Avec AFP