Politique

Guinée : fortes tensions au sein du cabinet de Dansa Kourouma

La démission fracassante du directeur de cabinet du président du Conseil national de la transition (CNT) n’est pas un cas isolé. Jugé « rigoureux » par les uns, le management de Dansa Kourouma est qualifié de « brutal » par les autres.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 9 juin 2022 à 18:42

Dansa Kourouma, le président du CNT. © DR

Le 2 juin, Mohamed Kouyaté, le directeur de cabinet de Dansa Kourouma, a jeté l’éponge. Dans une lettre de démission rendue publique, il se plaint de l’autoritarisme du président du CNT, figure influente du pouvoir du colonel Mamadi Doumbouya, qui serait devenu « désagréable » et « très agressif ». « Un chef qui rabaisse et humilie ses collaborateurs avec arrogance et mépris ne peut plus réclamer le titre de chef », écrit-il.

À Lire Guinée : le dilemme de Mamadi Doumbouya

Le bruit court que Kouyaté aurait même été giflé par son ancien patron. Une rumeur qui rappelle un autre incident impliquant un proche de Doumbouya : le 12 mai, le ministre de la Sécurité, Bachir Diallo, avait en effet été accusé d’avoir levé la main sur le policier Aboubacar Soumah, qui était apparu en public les lèvres tuméfiées. « Je suis catégorique, il n’a pas touché Mohamed Kouyaté. C’est faux ! » assure un conseiller de Dansa Kourouma, qui admet en revanche que le « dircab » a été poussé vers la sortie.

« Il est en conflit avec tout le monde »