Politique

Visas, Maroc-Algérie, Barkhane… : ce qu’en pensent les candidats Élisabeth Moreno et Karim Ben Cheikh

Finalistes du second tour des législatives dans la 9e circonscription des Français de l’étranger, Élisabeth Moreno (Ensemble) et Karim Ben Cheikh (Nupes) ont accepté de répondre aux questions de Jeune Afrique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 9 juin 2022 à 15:41

Élisabeth Moreno et Karim Ben Cheikh. © Montage JA : Bruno Lévy – DR

Qualifiés pour le second tour des élections législatives dans la 9e circonscription des Français de l’étranger (Maghreb et Afrique de l’Ouest), prévu le 19 juin, la candidate de la majorité présidentielle (Ensemble), Élisabeth Moreno, et celui de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), Karim Ben Cheikh, entrent dans la dernière ligne droite de leur campagne.

Le Franco-Tunisien est arrivé en tête du premier tour avec 40 % des suffrages exprimés, contre 28 % pour l’ancienne ministre déléguée à l’Égalité entre les femmes et les hommes. Le scrutin a été marqué par une abstention élevée, près de 85 %.

À la veille de l’ouverture, le 10 juin, du vote en ligne pour les Français résidant à l’étranger, les deux candidats ont accepté de répondre aux questions de Jeune Afrique dans un entretien croisé, réalisé séparément.

À Lire Législatives françaises : Élisabeth Moreno qualifiée, mais distancée par Karim Ben Cheikh

Jeune Afrique : La restriction des visas décidée par l’exécutif français en septembre 2021 a été très décriée dans les pays concernés (Maroc, Algérie, Tunisie). Si vous êtes élu(e), quelle position comptez-vous adopter sur le sujet ?

Élisabeth Moreno : Il s’agit de l’une des questions les plus urgentes que je souhaite régler. Beaucoup de personnes se sont senties ciblées, voire humiliées. Je souhaite donc établir un grand dialogue sur cette question qui prenne en considération les attentes et les points de vue de chaque pays. Les liens qui nous unissent sont trop importants pour que l’on ferme la porte au dialogue.