Société

Antiracisme : Marseille ne fait pas merveille

Mis à jour le 16 décembre 2013 à 15:30

Le Cran et le think tank République et diversité ont établi un classement des cinquante plus grandes villes de France en fonction de leur engagement contre le racisme.

Et si on cessait un instant de disserter sur la libération de la parole raciste en France pour mettre en lumière les actions concrètes entreprises par les municipalités pour combattre ce fléau ? Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) et le think tank République et diversité ont privilégié cette option en publiant, le 4 décembre, un classement des cinquante plus grandes villes de France en fonction de leur engagement contre le racisme.

Nombre de conseillers municipaux issus de la diversité, politiques publiques (communication, action sociale, éducation, culture, police et sécurité, etc.), subventions accordées aux associations antiracistes, études et recherches sur la diversité… Toute une série de critères ont été passés au crible et vérifiés sur le terrain. Résultat, Villeurbanne (banlieue lyonnaise), Montreuil (région parisienne), Paris et Toulouse (Sud) arrivent en tête. Dans le bas du classement, on trouve de nombreuses villes du sud de la France, dont Perpignan, Toulon, Aix-en-Provence et surtout Marseille, pourtant fortement multiculturelle, mais où l’on se gargarise de déclarations d’intention.

Lire aussi l’éditorial "Front national : haut les masques !"

Le Cran et son partenaire comptent réitérer leur démarche dans deux ans afin de mesurer les progrès accomplis. En attendant, et afin de donner plus de visibilité à cette question dans la campagne des municipales de mars prochain, ils présenteront à Paris, le 8 janvier, un guide de bonnes pratiques. Parmi celles-ci, la nomination d’un adjoint chargé de la lutte contre les discriminations.