Politique
Le président nigérien Mohamed Bazoum, au palais présidentiel de Niamey, le 2 mai 2022. © Issouf SANOGO / AFP.

Cet article est issu du dossier

Niger : l’espoir du Sahel

Voir tout le sommaire
Politique

Niger : entre la France et le Mali, le pari risqué de Mohamed Bazoum

Au pouvoir depuis un peu plus d’une année, le chef de l’État doit composer avec les impératifs sécuritaires, les effets de la crise malienne et un sentiment antifrançais grandissant. S’il a fait le choix d’apparaître comme l’allié des Occidentaux au Sahel, il sait aussi que ce pari est risqué.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 juin 2022 à 15:22

(De g. à d.) Le chef de l’État nigérien, Mohamed Bazoum, accueilli par le président du Conseil européen, Charles Michel, et par le chef de l’État français, Emmanuel Macron, lors du Sommet Union européenne-Union africaine, le 17 février 2022, à Bruxelles. © Olivier Hoslet, Pool Photo via AP

Son envergure de douze mètres est devenue la hantise des soldats russes. Stationnés depuis la fin du mois de février dans l’est de l’Ukraine, ceux-ci ont appris à se méfier de cette terreur grise baptisée Bayraktar TB2 en l’honneur de l’ingénieur Selçuk Bayraktar, gendre du président turc Recep Tayyip Erdoğan. Certains, dans les armées occidentales, surnomment même ce drone la « kalach du XXIe siècle ». Relativement peu coûteux (moins de 5 millions d’euros), facile d’accès, efficace, il est l’une des explications à l’enlisement des troupes de Moscou en terres ukrainiennes. Alors, ce 20 mai, sur le tarmac de l’aéroport de Niamey, les hauts gradés nigériens ont le sourire. Devant eux vient d’atterrir un avion de transport Iliouchine II-76. Immatriculé en Ukraine – une coïncidence – sous le matricule UR-FSE, celui-ci est un habitué du continent : depuis la Turquie, qui loue ses services pour ses exportations d’armes, il effectue régulièrement le voyage vers l’Éthiopie, autre client d’Istanbul.

Les six drones TB2 sont lentement « roulés » en dehors du mastodonte. D’autres commandes passées en Turquie en novembre 2021 par le président Mohamed Bazoum suivront, ainsi que des véhicules blindés et des avions légers de marque Hürkus. « Le Niger se donne les moyens de ses ambitions sécuritaires », résume un conseiller du chef de l’État.

Des drones sur le front