Économie

Maroc : comment le groupe français Colas tisse sa toile dans le royaume

Tramways, gares, autoroutes, parc éolien, la multinationale a su se faire une place dans la concurrence au développement des infrastructures du pays. Une longévité exceptionnelle qui remonte aux années 1930.

Réservé aux abonnés
Par - à Casablanca
Mis à jour le 9 juin 2022 à 19:12

Construction d’une route par le groupe Colas, à la frontière avec le Sahara mauritanien. © PATRICE THEBAULT/ONLY WORLD via AFP

L’attribution, en mai dernier, par Casa Transport SA à la filiale marocaine de Colas Rail de la réalisation de système basse tension des lignes T3 et T4, pour 15 millions d’euros, du tramway de Casablanca a confirmé la montée du groupe français dans le paysage ferroviaire marocain. Ce nouveau contrat faisant d’ailleurs suite à deux marchés remportés en 2021 par Colas Rail Maroc sur les mêmes lignes de tramway.

À Lire Exclusif – Madagascar : pourquoi ADP, Colas et Bouygues ont été sanctionnés par la Banque mondiale

Depuis sa création en 2008, la filiale a participé à tous les projets de construction des systèmes de tramways réalisés dans le pays. C’est Colas Rail qui remporte le contrat de construction du tramway de Rabat, la même année, pour 70 millions d’euros. En 2014, Colas Rail Maroc se fait un nom dans le paysage des infrastructures du royaume, en rejoignant les entreprises chargées de la conception, pour 124 millions d’euros, de la première ligne à grande vitesse marocaine qui relie