Société

Algérie : Sellal, Ouyahia, Haddad… La descente aux enfers des anciens caciques du régime Bouteflika

Incarcérés pour certains depuis plusieurs années, de nombreux ex-responsables du régime Bouteflika ont vu leur état physique et mental se dégrader. Au point que certains commencent à craquer.

Réservé aux abonnés
Par - à Alger
Mis à jour le 8 juin 2022 à 10:14

L’ancien patron des patrons Ali Haddad. © Billal Bensalem/NurPhoto via AFP

Jugé à distance par le tribunal de Sidi M’Hamed, Ali Haddad est apparu anéanti depuis sa prison de Tazoult, dans la région de Batna, à l’annonce de sa condamnation à quatre ans de prison, lundi 6 juin. L’ancien patron des patrons était jugé dans le cadre d’une affaire portant sur l’achat pour 75 millions de dinars d’équipements à l’étranger et sur la création de la chaîne de télévision Al-Istimrariya (la Continuité), chargée de conduire la propagande en faveur du cinquième mandat avorté d’Abdelaziz Bouteflika.

À Lire Algérie : Fethi Ghares raconte la prison d’El Harrach

Une peine qui s’ajoute à une série de condamnations dans diverses affaires de corruption prononcées depuis son incarcération, en avril 2019, et qui totalisent plus de 30 ans de prison. Mais la législation algérienne ne prévoit que l’exécution de la peine la plus élevée, soit, dans son cas, 12 ans de prison et 8 millions de dinars d’amende.

Depuis son transfert de l’établissement pénitentiaire algérois d’El-Harrach à la prison de Tazoult, distante de 333 km d’Alger et connue pour ses conditions de détention éprouvantes, le fondateur et PDG du groupe privé de travaux publics ETRHB et ancien président du Forum des chefs d’entreprise (FCE) se trouve dans un état psychologique très dégradé.