Économie

Exclusif – RDC : le rapport de l’IGF sur les millions perdus de la Gécamines 

La société minière fait l’objet d’un rapport détaillé de l’Inspection générale des finances. Dans ses conclusions, finalisées le 31 mai et auxquelles Jeune Afrique a eu accès, l’agence anti-corruption épingle une série d’irrégularités ayant mené à la perte de plusieurs centaines de millions de dollars.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 6 juin 2022 à 13:44

Albert Yuma, le patron déchu de la Gécamines. © Vincent Fournier / JA

Pilier de l’économie congolaise, la Gécamines était depuis plusieurs mois dans le viseur de l’Inspection générale des finances (IGF). L’agence anti-corruption avait lancé un vaste audit de la gestion de l’emblématique société publique, sur la période 2010-2020, époque à laquelle Albert Yuma en présidait le conseil d’administration.

Ce contrôle avait été engagé en septembre 2021. Quelques mois plus tôt, Félix Tshisekedi avait fait part de son intention de renégocier les contrats miniers signés pendant les deux mandats de son prédécesseur, Joseph Kabila. Cette initiative avait jusque-là débouché sur un état des lieux du « contrat du siècle » signé avec la Chine en 2008. Mais l’actuel président affirmait vouloir qu’un examen plus global du secteur soit également réalisé.

À Lire RDC : la Gécamines à un tournant

L’enquête de l’IGF, dont les conclusions sont longtemps restées secrètes et que Jeune Afrique a pu consulter en exclusivité, ciblait notamment les conditions de vente ou de cession des actifs miniers de la Gécamines au profit des acteurs privés et, surtout, les performances financières d’une société régulièrement accusée par les ONG de « brader les minerais congolais ».

« Absence de contrôle »