Politique

Mali : IBK de plus en plus irrité par les méthodes françaises

| Par Jeune Afrique
Ibrahim Boubacar Keïta réclame la conclusion d'un accord de défense avec la France.

Ibrahim Boubacar Keïta réclame la conclusion d'un accord de défense avec la France. © AFP

La dernière opération de l’armée française au Nord du Mali a provoqué les vives protestations de Bamako. En cause : le manque de transparence des Français.

Le 10 décembre, à 250 km au nord de Tombouctou, sur la route de Taoudeni, l’armée française a tué dix-neuf jihadistes au cours d’une vaste opération qui a mobilisé des avions, des hélicoptères et une centaine de véhicules. Problème : sans doute par crainte d’éventuelles fuites, les Français ont "oublié" de prévenir leurs partenaires. Tout juste ont-ils demandé à l’état-major malien de leur fournir des guides – ce qui, bien entendu, a mis Bamako en alerte. Déjà irrité par la situation à Kidal, dans le nord du pays, Ibrahim Boubacar Keïta n’a pas manqué de protester énergiquement. "C’est une atteinte à la souveraineté du Mali", dit son entourage. Pour qu’un tel affront ne se reproduise plus, le président malien réclame la conclusion rapide, d’ici au mois de janvier, d’un accord de défense entre les deux pays.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte