Économie

Élections en Angola : entre puissants alliés et nouveaux relais, les réseaux de João Lourenço

À l’approche des élections générales, le président angolais, candidat à sa propre succession, compte sur ses précieux soutiens, héritiers de l’époque dos Santos mais aussi forces montantes.

Réservé aux abonnés
Par - avec Claudio Silva
Mis à jour le 5 juin 2022 à 16:12

Les réseaux de João Lourenço. © Montage JA

Depuis ce 3 juin, on connaît enfin la date des élections générales en Angola : ce sera le 24 août. Si le scrutin devrait se solder par la réélection pour cinq ans de l’actuel chef de l’État, João Lourenço, il n’a jamais été aussi incertain. Le président-candidat, issu du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), le parti au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1975, doit défendre son bilan alors qu’il a promis d’être « l’homme du miracle économique angolais ». Or, malgré la récente remontée du cours du pétrole synonyme de hausse de recettes, la situation reste difficile.

À Lire [Série] Angola : João Lourenço, président funambule (1/5)

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 puis celles de la guerre en Ukraine ont rendu plus délicate la mise en œuvre de réformes voulues par l’exécutif. Sur tous les fronts – lutte contre la corruption, diversification de l’économie, attrait du secteur privé et réduction de la pauvreté – des progrès sont tout de même à signaler.

Mais ils demeurent trop modestes par rapport aux attentes de la population. Dans ce contexte, l’opposition historique, l’Unita, appelle à constituer un front patriotique uni autour d’elle afin d’arracher l’alternance. Son champion, Adalberto Costa Júnior, tient un discours qui porte en dénonçant la perpétuation d’un système hérité de l’époque dos Santos et l’incapacité à réellement réformer le pays. Si Lourenço peut compter sur sa maîtrise de l’appareil d’État et sur le soutien de son parti, le bras de fer s’annonce tendu…