Économie

Le Sénégal, hub pharmaceutique africain de demain ?

L’Institut Pasteur de Dakar élaborera bientôt des vaccins contre le Covid-19 et autres maladies endémiques. Une unité de fabrication d’une capacité de production annuelle de 300 millions de doses est en construction à Diamniadio. Une grande première à l’échelle du continent.

Réservé aux abonnés
Par - envoyée spéciale à Dakar
Mis à jour le 4 juin 2022 à 07:30

Future unité de production de vaccins Madiba de l’Institut Pasteur, à Diamniadio, dans la région de Thiès, Sénégal, © Guillaume Bassinet pour JA

Une usine flambant neuve se dresse fièrement à l’ombre des baobabs. À  quarante kilomètres de Dakar, non loin du nouvel aéroport Blaise-Diagne (AiBD), le complexe pharmaceutique de Diamniadio se construit. Il compte quatre bâtiments principaux : l’unité Madiba (Manufacturing in Africa for Disease Immunization and Bumailding Autonomy – fabrication de vaccins en Afrique et renforcement de l’autonomie), l’unité Africamaril, un laboratoire spécialisé, et un centre de recherche et développement.

À Lire Covid-19 : « Il faudra deux ans pour que l’Afrique produise ses vaccins »

« Tout a été fait pour répondre aux standards internationaux », précisait le 2 juin Amadou Alpha Sall, le PDG de l’Institut Pasteur de Dakar, lors de la cérémonie de signature organisée par la Banque européenne d’investissement (BEI), qui officialisait pour l’occasion un prêt concessionnel de 75 millions d’euros. L’enveloppe s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme d’investissement européen piloté par « l’Équipe Europe » qui réunit la Commission européenne, les États membres de l’UE et d’autres institutions financières.

Un budget de 205 millions d’euros