Économie

Mobile money : Wave, cible d’une vague de colère en Côte d’Ivoire

L’opérateur a nettement revu à la baisse les commissions des points de vente, qui ont lancé une grève de trois jours en réponse. Leurs protestations valent aussi pour Orange, MTN et Moov. Explications.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 3 juin 2022 à 15:03

Service Mobile Money de l’opérateur Sud Africain, MTN, à Abidjan, Côte d’Ivoire, en avril 2012. © Olivier pour JA

Le Syndicat national des propriétaires de points de vente mobile money de Côte d’Ivoire (Synam-CI), qui réunit environ 1 500 agences, a publié le 1er juin un communiqué annonçant un « arrêt de travail systématique de 72 heures observé sur toute l’étendue du territoire national à compter du 2 juin ». Le blocage est prévu jusqu’au 4 juin au soir, et risque d’empêcher des milliers de transferts d’argent sur le sol ivoirien.

À Lire Cameroun : pourquoi une taxe sur le mobile money déclenche une bronca

Des commissions nettement plus faibles

Ce court-circuitage intervient alors que Wave applique depuis le 1er juin une nouvelle grille de commissionnement, qui, selon le syndicat, divise par deux les revenus des intermédiaires. « Notre nouvelle grille intervient dans le cadre du développement de notre activité et est en cohérence avec le volume actuel de transactions, indique à Jeune Afrique, Coura Sène, directrice générale de Wave pour la zone de l’Union économique et